Coopération Scientifique et Technologique

Assistance de mobilité

Coopération Scientifique et Technologique

La Coopération Scientifique et Technologique est basée sur des accords intergouvernementaux concernant les coopérations dans les domaines de science et la technologie.

Dans le cadre de ces accords le voyage et les frais d'hébergement pour des visites de recherche sont financé. Dans des cas bien justifiés on peut accorder une somme forfaitaire unique pour des coûts matériels dans le budget de projet. Le support financier est destiné aux visites de recherche dans le cadre des projets de coopération scientifiques concrets avec des chercheurs des pays partenaires de la Coopération Scientifique et Technologique; le financement de base des projets de recherche doit être garanti d'autres sources.

Liste des pays participants :

Albanie, Argentine, Bulgarie, Chine, Croatie, République tchèque, France, Hongrie, Inde, Corée (ROK), Macédoine, Monténégro, Pologne, Roumanie, Fédération de Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Afrique du Sud, l'Ukraine et le Vietnam

L'objectif de programme

Le programme vise à intensifier la coopération scientifique internationale des chercheurs des pays partenaires en finançant des dépenses de mobilité dans le cadre d'un projet bilatéral ou multilatéral.

Demandeurs éligibles

Éligible pour l'application sont des entités juridiques (par exemple des institutions d'enseignement supérieur, des institutions de recherche, des entreprises) qui souhaitent effectuer un projet de recherche orienté à but non lucratif.

Exigences d'application

Un projet de recherche orienté spécifique, à but non lucratif dans lequel les chercheurs des pays partenaires pertinents vont coopérer et qui a déjà garanti le financement de base doit être soumis bilatéralement dans les pays partenaires selon les exigences effectives dans chaque pays.

La participation de jeunes (jusqu'à 35 ans) et des chercheurs féminins dans les activités de recherche communes sera particulièrement appréciée dans l'évaluation.

Assistance financier

Le support financier est fourni en forme de déplacement et des frais d'hébergement pour des visites de recherche pendant la durée approuvée de projet. Dans des cas bien justifiés on peut accorder une somme forfaitaire unique pour des coûts matériels dans le budget de projet.

Projets de coopération:

Conférence sur les changements climatiques des Nations Unies Paris 2015

Conférence changements climatiques Nations Unies Paris 2015

La Conférence sur les changements climatiques de Nations Unies de 2015, COP 21 ou CMP 11 a eu lieu à Paris, France, du 30 novembre au 12 décembre 2015. C'était la 21e session annuelle de la Conférence des Partis (COP) à la Convention-cadre de Nations unies 1992 sur le Changement climatique (UNFCCC) et la 11ème session de la Réunion des Partis au Protocole de Kyoto 1997.

La conférence a négocié l'Accord de Paris, un accord global sur la réduction de changement climatique, dont le texte a représenté un consensus des représentants des 196 partis qui la fréquentent. L'accord entrera en vigueur quand rejoint par au moins 55 pays qui représentent ensemble au moins 55% d'émissions de serre globales. Le 22 avril 2016 (le Jour de La terre), 174 pays ont signé l'accord à New York et ont commencé à l'adopter dans leurs propres systèmes légaux (par la ratification, l'acceptation, l'approbation, ou l'accession).

Selon le comité chargé d'organisation au début des pourparlers, le résultat clé attendu était un accord pour mettre un but de limiter le réchauffement climatique de moins de 2 degrés Celsius (°C) comparé aux niveaux préindustriels. L'accord appelle au zéro rapportent des émissions de gaz à effet de serre anthropogenic à être atteint pendant la deuxième moitié du 21e siècle. Dans la version adoptée de l'Accord de Paris, les partis(fêtes) "poursuivront aussi des efforts" de limiter l'augmentation de température à 1.5 °C. Le 1.5 but °C exigera des émissions zéro un jour ou l'autre entre 2030 et 2050, selon quelques scientifiques.

Avant la conférence, 146 juries climatiques nationaux ont publiquement présenté le projet de contributions climatiques nationales (appelé "Destiné des Contributions Nationalement Déterminées", INDC). Ces engagements suggérés ont été évalués pour limiter le réchauffement climatique de 2.7 degrés Celsius avant 2100. Par exemple, l'UE qu'a suggéré INDC soit un engagement à une réduction de 40% d'émissions avant 2030 comparées à 1990. L'accord établit "stocktake global" qui revisite les buts nationaux "de mettre à jour et améliorer" eux tous les cinq ans commençant 2023. Cependant, aucun horaire détaillé ou des buts spécifiques au pays pour des émissions n'ont été incorporés dans l'Accord de Paris - par opposition au Protocole de Kyoto précédent.

Source :